L’Inde est souvent considérée comme un pays où il n’est pas aisé de faire des affaires, et se place loin derrière ses homologues BRICS (Brésil, Russie, Chine, Afrique du Sud). Le dernier rapport de la Banque Mondiale “Faire des Affaires/Doing Business”  classe les pays en fonction de 10 paramètres – démarrer les affaires, gérer les permis de construction, obtenir de l’électricité, enregistrer la propriété, accéder au crédit, protéger les actionnaires minoritaires, payer les taxes, faire appliquer les contrats, faire du commerce au-delà des frontières et résoudre l’insolvabilité – et place l’Inde à la 130ème position sur 189 pays (PDF – 2,5 Mg). Arsha Consulting vous présente le contexte et les implications de tels résultats prometteurs.

L’Inde se place désormais en 130ème position sur 189 pays quant à la facilité de faire des affaires, gagnant ainsi 12 rangs depuis l’année dernière, d’après le Rapport Doing Business de la Banque Mondiale. Selon les propos de Kaushik Basu, l’Economiste en Chef et Vice-Président Senior de la Banque Mondiale, “Pour n’importe quelle économie de grosse taille, le passage de 12 rangs est une réussite remarquable. De passer de la position 142 à la position 130, comme l’a fait l’Inde, est un très bon signe. Cela véhicule un bon signe sur la manière dont les choses évoluent en Inde.”

Le rapport identifie plusieurs bonnes pratiques et améliorations atteintes sur l’année écoulée:

  • Pour lancer une affaire, l’Inde a éliminé les obligations d’avoir un capital minimum en liquide et un certificat habilitant à commencer les opérations commerciales, ce qui rationalise considérablement la procédure pour initier des affaires. En 2004, il fallait 127 jours pour lancer une affaire. En 2005, il n’en fallait plus que 29.
  • Pour obtenir de l’électricité, l’Inde atteint la position de 70ème au classement, contre 137 l’an dernier. Par exemple, les autorités à Delhi sont parvenus à mettre un place un processus d’obtention de l’électricité plus simple et plus rapide, en éliminant l’inspection interne des câbles par l’Inspection de l’Electricité.
  • Pour gérer les permis de construction, l’Inde se positionne en 183ème position et en 138ème position pour l’enregistrement des propriétés. Par exemple, le gouvernement a initié des réformes pour mettre en place un système à entrée unique à Mumbai. Une fois mis en œuvre, ce système devrait réduire le poids de la bureaucratie.
  • Pour protéger les investisseurs minoritaires, l’Inde se place désormais en 8ème position et l’accès au crédit en 42ème Le rapport souligne que la loi indienne protège efficacement les actionnaires minoritaires des conflits d’intérêts et donne des droits extensifs aux actionnaires dans la gouvernance privée majoritaire.
  • Pour payer les taxes et faire appliquer les contrats, l’Inde se place en 157ème et 178ème positions respectivement. Par exemple, le gouvernement développe un formulaire unique pour les nouvelles companies et introduit un système d’enregistrement en ligne pour les numéros d’identification de taxe.


Les résultats sont donc encourageants et seront peut-être encore plus prometteurs d’ici à l’an prochain, d’autant que le gouvernement Modi s’est donné l’objectif de se placer dans le top-50 du classement Doing Business. Lopez Claros, Directeur du Groupe des Indicateurs mondiaux de la Banque mondiale, partage son point de vue: "Je m’attends à ce que, si ce processus continue, et s’il est durable, et si les autorités démontrent leur degré de détermination qui a été mis en évidence au cours de cette année, alors nous pourrions voir des améliorations substantielles dans l’année prochaine".

Laetitia Sieffert | Consultante Senior - Commerce Internationale- Arsha Consulting

 

Laissez un commentaire