L’Inde sera d’après les pronostiques le pays le plus peuplé d’ici à 2015. Tandis que le pays offre des opportunités commerciales sans égal au vu de la large taille du marché, la pression démographique crée également des défis considérables en termes de besoins d’infrastructure. ARSHA Consulting vous présente les défis et opportunités liés au processus d’urbanisation en Inde.

D’après le dernier rapport de la Banque Mondiale sur la valorisation de l’urbanisation en Asie du Sud (Septembre 2015), “l’Inde et ses pays voisins traversent un processus tortueux d’urbanisation – lente, désordonnée, et en partie cachée (…). Tout ce qui pourrait porter bénéfice aux agglomérations urbaines en termes de retombées économiques se retrouve dilué.”

 

 La population urbaine indienne devrait augmenter d’environ 497 millions entre 2010 et 2050, en continuant sur la tendance actuelle. Afin de répondre à cette pression démographique, environ 600 milliards de dollars américains seront nécessaires afin de prodiguer les réponses essentielles en termes d’eau, d’hygiène, de routes, selon le même rapport. Jusqu’à présent, les villes indiennes ont du mal à répondre aux besoins de base des résidents. Dans ce contexte, à moins que l’Inde n’investisse massivement dans les infrastructures urbaines, le pays ne sera plus en mesure de faire le lien entre la demande de services et leur couverture réelle (Rapport McKinsey, 2010).


Cependant, comme le souligne Sri Mulyani Indrawati, Directrice Générale de la Banque Mondiale, “si elle est bien gérée, l’urbanisation peut générer un développement durable en augmentant la productivité, permettant ainsi l’innovation et l’émergence de nouvelles idées”. Le développement durable dans les villes indiennes est atteignable par un investissement massif dans le secteur des infrastructures, qui est aussi un des piliers pour l’économie indienne. Le secteur des infrastructures - dont l’énergie, les ponts, les barrages, les routes et le développement urbain des infrastructures – est un des éléments moteurs pour le développement général de l’Inde.

En termes de taille de marché, l’Inde devrait devenir le quatrième plus gros marché dans le monde d’ici à 2015 avec l’évolution continue de l’immobilier et du secteur de la construction. Le marché de l’infrastructure en Inde est projeté d’atteindre les 6.6 trillions de dollars américains d’ici à 2025, ce qui constituera une part d’environ 12.5% dans l’Asie-Pacifique (PwC). D’après le Ministère indien des Finances, l’investissement global dans le secteur dans les années prochaines devrait attendre les 1 000 milliards de dollars, dont plus de 70% proviendrait d’acteurs privés et étrangers.

Dans ce contexte, comment se situent les entreprises internationales en Inde? Voici quelques réussites récentes:

  • En Avril 2015, la compagnie française Areva a signé le projet Jaitapur a été signé, pour mettre en place six réacteurs nucléaires avec une capacité totale de production d’énergie d’environ 10,000 MW. 
  • En Juin 2015, VINCI, opérant la moitié des concessions autoroutières sur un réseau de plus de 4,386 km en France, a acquis la société indienne NAPC ancienne de plus de soixante-dix et détenue par K S Manian et sa famille pour plus de 7.2 milliards de roupies. 
  • En Août 2015, la société canadienne Brookfield Asset Management a réalisé son premier investissement important dans l’infrastructure indienne, achetant six routes et trois projets d’énergie à la compagnie indienne Gammon Infrastructure Projects Limited.



Excepté les entreprises multinationales trouvant des opportunités de marché, il y a aussi de la place pour les petites et moyennes entreprises étrangères… Des PME françaises ont réussi le pari, comme Lumiplan - spécialiste des systèmes d’information urbains, Tokheim - fournisseur de solutions pour la vente de carburant au détail, Electricfil - fabricant de capteurs, bobines d’allumage et actuateurs automobiles, et Mémoris - spécialiste de la collecte, numérisation et structuration des données géo-localisées.

C’est précisément le bon moment pour les multinationales et les PMEs d’entrer sur le marché indien, au moment où la question des infrastructures est aussi une préoccupation du gouvernement, comme décrit par Sushil Sethi, Directeur Général, SPML Infra Limited: “Le secteur des infrastructures en Inde est tenu d’augmenter d’environ 7-8% l’année prochaine suite aux planifications et politiques mises en œuvre par le nouveau gouvernement. Le mandat stimulera la croissance économique, provoquera un élan positif dû à la mise en œuvre des politiques désirées ; la suppression des barrières à l’investissement étranger et d’autres initiatives mises en œuvre vont stimuler le développement des infrastructures et les perspectives du secteur paraissent positives.”

To go further:

World Bank publication “Leveraging Urbanization in South Asia” (Sept 2015)
McKinsey Report “India's urban awakening: Building inclusive cities, sustaining economic growth” (2010)
PwC Report “Infrastructure in India A vast land of construction opportunity” (2008)

Laetitia Sieffert | Senior Consultant – International Trade
Arsha Consulting

Laissez un commentaire