J- une semaine avant l’ouverture de la 11ème édition du plus grand salon international de l’aéronautique en Asie. Plus connu sous le nom de Aero India, il est organisé tous les deux ans par le Ministère de la défense indien sur la base militaire de Yelahanka, à Bangalore. Le salon comprend des journées réservées aux professionnels, invités à réfléchir sur des thématiques communes tout en enrichissant leur réseau, et des journées ouvertes au grand public. C’est aussi l’occasion pour les constructeurs de présenter leurs aéronefs les plus récents dans de spectaculaires démonstrations en vol. Cette année, Aero-India aura lieu du 14 février au 18 février et se présente déjà comme un gros succès avec une participation record puisque les organisateurs annoncent des représentants de plus de 109 pays.

Un RDV incontournable pour un marché prometteur

Ce qui n’était qu’un petit salon aéronautique en 1996, s’est imposé comme une manifestation majeure en Asie et dans le monde. De 140 exposants en 2013, il est passé à 644 exposants (318 indiens et 326 internationaux) venus de 46 pays différents en 2015. Les quelques 150000 professionnels et les 300000 curieux qui ont déambulés pendant les 4 jours de la dernière édition sur les 11 hectares de terrain dédié à l’exposition prouvent, à eux-seuls, l’intérêt grandissant porté à un secteur en forte croissance, désormais largement ouvert aux investissements étrangers.

D’ailleurs pour le Salon 2015, les principaux partenaires de l’Inde étaient présents en nombre : Les États-Unis en tête, avec 64 compagnies, suivis de la France avec 58 compagnies puis, le Royaume-Unis ou encore la Russie et Israël. A noter que l’avionneur français Dassault (qui n’avait pas encore signé son fameux contrat) a marqué les esprits avec des stands gigantesques, la présentation du Falcon et surtout du Rafale dont les démonstrations en vol ont enflammé le public.

La 10ème édition, en 2015, inaugurée par le chef du gouvernement indien, Narendra Modi, aux côtés du Ministre indien de la défense, Manohar Parrikar, a surtout marqué le lancement de la campagne ‘Make in India’ dans le secteur de l’aéronautique civile et militaire. Le Premier ministre indien déclarait ainsi ne plus vouloir faire parti des plus gros importateurs mondiaux de systèmes de défense et affirmait sa volonté d’asseoir de véritables relations de partenariat en favorisant notamment les transferts de technologie et la production en Inde : «De vendeurs, les entreprises étrangères doivent se transformer en partenaires stratégiques. Nous avons besoin de leur technologie, de leurs compétences, de leurs systèmes d’intégration et de leur force de fabrication », résumait-il dans son discours inaugural.

Un glissement stratégique très bien accueilli par les industriels indiens, publics et privés, premiers bénéficiaires du système des Offset. Un nouvel écosystème politique et économique perçu favorablement aussi par les firmes étrangères misant sur des possibilités de co-développement, facilitées pour le marché local en forte expansion, et des perspectives à l’export plus assurées à l’avenir.

Edition 2017 : la consolidation des réformes

Aussi, après deux ans de ‘Make in India’ et la signature de contrats symboliques dans l’aéronautique, le prochain Aero-India 2017 est particulièrement attendu des professionnels. Cette nouvelle édition va permettre un premier bilan de la politique volontaire du Gouvernement tout en permettant la consolidation des relations et de la montée en puissance de nouveaux partenariats.

Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’aux côtés des incontournables, de plus en plus de PME spécialisées font désormais le déplacement. Avec l’aide de spécialistes du secteur, comme les équipes d’Arsha Consulting qui viennent justement de lancer un livre blanc sur l’aéronautique civile et militaire en Inde (à télécharger sur le site), l’occasion est belle pour ces professionnels indiens ou étrangers d’amorcer une première prospection, de mieux appréhender l’environnement économique local, de rencontrer d’éventuels partenaires voire de réfléchir à une implantation sur place.

Aussi, en plus des échanges interpersonnels favorisés pendant toute la durée du Salon, le Département pour la Recherche et le Développement de la Défense (DRDO) et la Société Indienne d’Aéronautique (AeSI) organisent un important séminaire en prélude à Aero-India, du 12 au 14 février 2017. Des réflexions et des conclusions qui seront également présentées au cours de la journée du 15 février [PDF 672KB].

Sous le titre ‘Collaborations techniques et autosuffisance’, ces forums proposent d’aborder des thématiques majeurs à commencer par une présentation des savoirs faires indiens et des domaines d’excellence du côté des constructeurs comme des fournisseurs ; une réflexion sur les avantages et les contraintes liés à la fabrication en Inde ; un regard sur la politique des offset et des investissements étrangers ou encore un point sur la recherche et le développement. Bref, un tour d’horizon complet de l’industrie aéronautique en Inde.

Parions aussi que le spectacle sera une nouvelle fois au rendez-vous. Du côté indien, on attend de découvrir les nouveaux Tejas N.45, le léger HTT-40 ou encore l’hélicoptère HUL sorti des usines de l’Hindustan Aeronautics Limited (HAL) ou encore le drone de combat, Rustom-2, conçu par la DRDO.

Après six années d’absence, les pilotes de la ‘Surya Kiran’, la patrouille des voltigeurs aériens de l’Indian Air Force devraient assurer un spectacle exceptionnel pour le plus grand plaisir des amoureux de l’aéronautique.

Amélie Weigel | Journaliste – Arsha Consulting

Visitez note page “Aéronautique civile et militaire” pour plus d’informations 

Laissez un commentaire